CONFÉRENCE -

De la beauté


16 sonnets sur des œuvres 

Au Louvre sitôt vue elle fait corps au rêve,
Du bas de l’escalier l’envol est saisissant.
De la splendeur, c’est bien le soleil qui se lève,
L’amour qui donne à l’air tous ses miroitements. 

Trop belle elle l’était pour n’être pas vivante ;
Ne pas en être épris je ne l’aurais pas pu ;
De Cyrène en la mer la Victoire éclatante
De séduction génère un véritable abus. 

La beauté cautionnant pareil anachronisme,
Que devrais-je penser de mon étourdiment ?
Que vivons-nous sur terre, pourquoi ce mimétisme ? 

Le marbre de Paros est d’un ton fascinant
Et le blanc du papier, quand glisse l’écriture,
Tait encor de Nikè de l’amour la pâture. 

Les Saint Jérôme de Carpaccio.
(Scuola di San Giorgio degli Schiavoni, à Venise.) 

Spectacle merveilleux de la seule lumière,
Jusque sur l’escalier du Prieuré Saint-Jean
S’échappent les convers hors d’une volière,
Par peur du lion souffrant d’un vieux saint bon enfant. 

De Jérôme le peintre a peint aussi l’absence,
Au cœur d’une clarté immarcescible et d’or ;
Un chiot subjugué confirme l’immanence :
Augustin d’un silence apprend du Saint la mort. 

Jérôme est là encor réduit à de la terre,
En plein jour ramenant à l’éternelle nuit,
Sans le port de sa mitre achevant sa galère. 

Ce monde d’un génie on le dirait béni
Mais il n’est que le sien créé à sa mesure
Dont les soupçons d’humour disent la démesure. 

 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?
© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2019