CONFÉRENCE -

Heures

1. 

 

Les nuits sont pour le jour
ce qu’une eau sombre peut contenir de feu
et le jour pour la nuit
ce qu’un cri dans l’obscur
peut ramener de neige au fond de ses enclos 

Mais les aubes le taisent
et les versoirs du crépuscule
car leurs auges de lumière
ne pèsent que les basculements du ciel 

 

2. 

L’immense épaulement du jour
qu’ourle d’ombre un couchant plus rapide
jette au devant de l’heure
la sombre fondation d’une terre bleuie 

Rien sur l’échine de septembre
ne dit mieux
que le ciel s’amenuise
et que le sol l’attrape 


3. 

La nuit s’installe sous les arbres
avant d’en submerger la cime
elle n’ajoute d’abord
qu’un peu d’ombre à leur ombre
et puis elle les avale tout entiers 

Quelque étoile froide
brûle au cuveau du ciel
et le front continue d’ignorer
ce que palpent les mains
dans le noir intouchable 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?
© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2019