LISZT, PAR HASARD et autres poèmes.


Traduit de l'anglais par Aude Pivin.


Des parentés poétiques.


ROSANNA WARREN est née en 1953 dans le Connecticut aux États-Unis, mais dans son essai de 2008, Fables of the Self, comme dans de nombreux poèmes, elle évoque surtout la France, et plus particulièrement les paysages de Provence, les vignes, les oliveraies, la lumière, le mimosas, les odeurs d’eucalyptus, et cette sécheresse du Sud où ses parents avaient choisi de vivre en 1965.

C’est au lycée de Grasse qu’elle a fait sa première découverte poétique, en apprenant le français et le latin, comme elle le raconte : « C’était là, dans ce jardin, parmi ces ruines, que j’ai commencé à mémoriser des poèmes […] L’année du jardin de Magagnosc, j’ai trouvé des langues qui sont devenues les miennes. Les premiers poèmes appris par coeur étaient en français et en latin ; les premiers vers que j’ai sus intuitivement, et imités, étaient aussi en français et en latin.




Télécharger l'intégralité de ce texte en pdf