HUIT POLONAISES ET ENVIRONS

 

Son coeur est en Allemagne et sa tête en Pologne,
c’est à peu près ça l’orientation
du dormeur qui mangea du cheval, Pferd, ko´n
pour arpenter l’espace hier encore
tiré comme une ancienne couverture
à hue et à dia, Deutschland, Polska ;
ici tout est continental, resté en dehors
des mers, dans des jardins remplis de fleurs et de pommes
de terre — Kartoffeln, ziemniaki —
séparés par une palissade en bois,
demi-rondins de sapins et de bouleaux
où se parlent parfois des femmes, foulards noués derrière
la tête, en des langues chuintantes, rauques,
et se perchent la volaille, un chat à côté
du seau à l’envers, des brodequins mis à sécher
quand survient le soleil qui cogne
— le soleil est de l’est, jaune prune,
extirpé de terre, couché en terre
où tombent les fruits de l’arbre voisin.



la joue sur la carte



La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?