« JE NE PUIS PEUPLER ENCORE CE SILENCE ET CE DÉSERT»

 

 

Tant de science, de critique, de documents

 

s’épanouit en propagande.

 

Paul Nizan, Les Chiens de garde,

Paris, Rieder, 1932, p. 192.

 

A usanza nuova non correre.

 

Proverbe toscan.

 

DANS UN TRÈS BEAU TEXTE DE 1934, Éloge de la main, Henri Focillon exprimait ses réticences à l’endroit de la photographie : « … une apparition plate dans le vide de l’air… Le vide absolu dans la totalité de la présence est chose étrange. Peut-être ai-je sous les yeux l’exemple d’une poétique future : je ne puis peupler encore ce silence et ce désert ». La « poétique future » était déjà une poétique ancienne, la photographie vivait depuis plus d’un siècle ; pourtant, ce fils de graveur qu’était Focillon, cet amoureux d’estampes, songeait avec angoisse à l’avenir de « silence » et de « désert » dont cette « apparition plate » offrait le premier « exemple ». Kafka, au sortir de la salle obscure où il avait vu son premier film, disait qu’un rideau de fer était tombé sur la réalité.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?