RETOUR DE L’OCÉAN

 

 

Le troisième âge.



Dès les premiers jours de printemps, l’île est au fait que l’invasion ne va désormais plus tarder. Mais pour l’heure, et malgré la verdure, une vague tristesse étouffe un front de mer entier. Et, sur la promenade, où pavoise, en plein jour, l’éclairage public, on croise la voirie et des rentiers bien mis que tenaille en secret la peur de voir monter sur l’horizon la voile noire ou la barque à fond plat du passeur.

Parfois, la plage abrite un sphinx auquel il serait fou de donner la réponse. Il faut garder silence, éviter de mourir, attendre patiemment la migration de Pâques et ses volées d’enfants — hirondelles de mer, dont le troisième âge aime tant les rires et les cris perçants.



La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?