LA MAISON VIDE

 


Dans la grande maison vide
je n’ai pour me guider
que l’enfant que je fus

Je répète des gestes très anciens
pour maintenir la porte ouverte
à la lame de l’aube

Il y a toujours la même lumière
mais j’en suis peut-être plus ébloui

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?