Tuilages

Tuilages de Svetlana Alpers

 Un volume de 416 pages, imprimé sur Fedrigoni Arcoprint 85 g par les Grafiche Veneziane.

25.00 €
23.75 €

Svetlana Alpers est l’auteur d’une bonne dizaine de livres d’histoire de l’art traduits dans le monde entier, qui l’ont imposée sur la scène internationale par la nouveauté et l’audace d’une démarche alors peu courante dans le domaine de l’histoire de l’art, mêlant étude matérielle, esthétique et iconographie.

Tuilages est un livre unique dans l’histoire de l’histoire de l’art : échappant aux règles de la discipline, ce n’est ni un livre de Mémoires ni un récit, mais un genre d’autoportrait en mouvement démultiplié, librement inspiré d’auteurs chers à l’écrivain, sur le thème du regard sur autrui et sur soi comme manière d’être au monde.

D’abord historienne, Svetlana Alpers a le goût des « fenêtres sur les toits » qui ouvrent des perspectives inattendues et réécrivent les vies qu’on a cru vivre. Dès lors, on ne s’étonnera pas que ce soient les hasards de la vie qui servent de déclic aux méditations en zigzags. Fille du prix Nobel d’économie Wassily Leontief et de la poétesse Estelle Marks, elle cultive les effets d’optique pour livrer un autoportrait en creux qui en dit plus long sur les autres que sur soi. L’ouvrage est en même temps un tombeau à la mémoire d’un autre historien d’art — Michael Baxandall —, sans doute l’un des plus grands depuis Panofsky. Dans la déclinaison savoureuse des regards sur le monde (les choses, les tableaux, les livres, la cuisine, les rues, d’un continent à l’autre), les allusions au regard sur l’absent et au regard de l’absent peuvent se lire comme la justification de toute une vie consacrée au regard « à distance ». À ce titre, Tuilages est le livre d’une vie et restera l’un des documents les plus singuliers sur la construction du regard et sa psychologie.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre-Emmanuel Dauzat.

 



 

Édition de tête de 1 à 40

40 exemplaires sur pleines marges (1-40), accompagnés d’une photographie de Svetlana Alpers.
Tirage de Pascal Bonneau sur Japon 54 g.

150.00 €


 

Photographie de Svetlana AlpersPhotographie de Svetlana Alpers pour l’édition de tête (exemplaires numérotés I-XXV). Tirage de Pascal Bonneau sur Japon 54 g.