REVUE CONFÉRENCE -

Altitudes (VIII)

 

Marmottes. 

 Après la cheminée qui tombe du Grand Lac, terre raboteuse, une marmotte s’est mise à siffler ; une autre répond, puis une troisième, une quatrième... une onzième ! chacune à demi-cachée au haut d’un gros roc vertical ! Concert marmoticum : ferions-nous halte ? Tenir l’horaire nous a poussés vers le hameau de l’alpe. 

Quartier d’été, colonie ou famille qu’un mâle dominateur surveille. Lorsque l’automne arrivera, il fermera la marche et, grâce à un secret de terre, il murera l’accès. Hibernation. Du vrai sommeil ? Juste un jour ou deux toutes les trois semaines, tant leur vie souterraine va très au ralenti ; leur température descendra jusqu’à sept degrés. Le terrier d’hiver, le plus profond, dans le confort des herbes au dernier soleil asséchées, abrite cette léthargie. Puis cinq-six mois pour faire ripaille au grand air. 

Peu avant de sortir au printemps, avant même d’avoir repris quelques grammes, surviennent de brefs accouplements. Trente jours après, trois-quatre marmottons par femelle viendront naître, pour eux leur mère porte dix mamelles. Vite sevrés, allant avec les adultes, dès la troisième année les jeunes iront fonder leur famille autre part. 

Dehors leur travail c’est la nourriture : la marmotte double son poids à force d’ingurgiter trèfles, fétuques hautes, herbes multiples ; autant qu’à réduire leurs incisives, une écorce de bois les aide à grossir encore. 

Quand elles émergent, avril, mai, le sol reste enneigé. Au lac Bleu, deux d’entre elles, le museau frémissant de faim, engloutissaient des rations d’herbes jaunes prises jusque sous le névé. Galopant sur la neige de printemps, elles ne lâchaient pas leurs aguets. Pour déjouer les prédateurs, elles creusent un réseau de galeries et d’entrées. L’aigle est friand pour ses aiglons ! Jamais pourtant, de près, de loin, nous n’avons vu le rapace en surprendre une entre ses griffes. 

À l’air libre la solitude est inconnue : une marmotte ne s’écarte pas des autres pour de vrai ; un rocher les dissimule, ou un buisson. Elles s’amusent — jeux ? duels ? — debout, s’empoignant des deux pattes antérieures et finir en roulant par terre. Quant aux hommes... sur le bord d’un glacier, 2400 mètres, l’une acceptait un biscuit ; deux années de suite au même endroit, était-ce la même qui recevait du pain ? Voilà qui la surexposait à l’aigle de la haute vallée. 

Ce sont des boules de fourrure, rondouillardes; même juste sorties, les marmottes courent très enveloppées. Le museau pointu se dégage et toujours leurs incisives poussent. Pelage sombre, queue touffue, les pattes courtes, les oreilles plus petites que les yeux, leur demeure externe est le qui-vive : sur-le-champ elles sifflent, fuient, s’enterrent. Mais sous les trois mille, au retour d’une course, fatigué, l’alpiniste aime bien leur commerce. 

 

Le Mont Aiguille. 

Avoir été sur le Mont Aiguille, sur ce plateau incliné du nord-est au sud-ouest. Rentrant d’Italie, 1492, Charles VIII ordonnait à Antoine de Ville de l’aller voir, de prendre échelles, cordes, pitons : débuts de l’histoire alpine, elle gagnera l’Europe, le monde, ces lieux inexplorés que des tribus vénèrent. 

Butte-témoin dont le sommet se déploie sur une grande pelouse, 600 à 900 mètres de long et 100 de large — il y avait de quoi atterrir pour l’aviateur de 1957 ; l’éminent casse-cou revint une heure plus tard, et quantité d’autres fois ; en hiver, sur des skis d’avion. Pour lui, on avait travaillé une centaine de mètres à la cime. 

Urgonien très abrupt, planté sur les douces pentes de marnes calcaires, les glaces wurmiennes l’ont isolé. Au Mont Aiguille chaque face donne sa fierté : un élan svelte vu du nord-est ; au sud l’allure d’un paquebot calme et terrible. L’érosion poursuit son ouvrage. Muni de vires par exception, le sommet tombe droit sur l’abîme. Par le col de l’Aupet, on prend la voie des Tubulaires. L’ayant gravie un mois de mai, la neige n’avait pas toute fondu, le ciel tourna vers l’orage. Cheveux hérissés, abeilles bourdonnantes, nous avons détalé au plus vite. L’orage est-il arrivé ? Je ne sais plus ; tranquille fut la désescalade. 

 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?

 

© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2019