Artistes et ateliers

Artistes et Ateliers : Friedrich Eggers,
Adolf Menzel et l’Atelier de la Ritterstrasse.

L’article, traduit ici pour la première fois de l’allemand, parut sous forme de feuilleton en 1854 dans les dossiers du jeudi (nos 1-3, 5) du Deutsches Kunstblatt, « journal pour les arts plastiques, l’architecture et le patrimoine », qui était l’organe de diffusion de l’Association Allemande (ou pour mieux dire Prussienne) pour les arts. Cet essai, signé par le directeur de la revue, l’historien de l’art Friedrich Eggers (18191872), s’inscrit dans une série consacrée aux artistes et à leurs ateliers dans la section « Nouveautés sur l’art contemporain » du journal. Une première partie (nos 1-3 de la revue) consacrée à la description de l’Atelier berlinois de la Ritterstrasse du peintre Adolf Menzel (1815-1905) est suivie d’une note biographique sur le même artiste (nos 3, 5 de la revue) que nous avons décidé, pour des raisons d’opportunité, de ne pas reprendre ici.

Ces « Visites d’ateliers » sont inspirées par la conviction de pouvoir avoir accès à la compréhension du style et de l’esprit des artistes à travers l’observation des techniques picturales et de la dimension matérielle de leur travail, et la reconstruction des ambiances et de l’atmosphère où ce travail de création se déroulait. Friedrich Eggers était convaincu que l’atelier d’un artiste (sa Werkstatt) représentait comme une sorte d’intelligence séparée, un lieu où la pensée et la poétique d’un artiste se concrétisaient dans la masse des instruments techniques et théoriques mobilisés par travail créateur. Dans le cas d’Adolf Menzel, peintre d’atelier par excellence, cette expérience s’avère particulièrement heureuse.

Plus encore qu’un document historique, ce texte constitue une étude critique, un essai « à thèse » dans lequel Eggers interroge la pratique presque artisanale de la peinture menzélienne et en définit la poétique. L’interprétationd’Eggerss’articuleautourd’undoublenoyauthéorique: d’une part, la description d’une tension entre le zèle de l’artisan ou son talent d’observateur, et la conscience des frontières qui séparent l’art de la nature, et qui font de Menzel un interprète génial du naturalisme en peinture. D’autre part, la définition d’un « univers matériel » (Stoffwelt) au fondement de l’inspiration artistique du peintre: l’univers matériel de la collection d’objets, de décors, de savoirs littéraires et historiques sur le XVIIIe siècle, qui contribuent à la création spirituelle d’une image artistique de ce siècle.

 

Consulter ce texte

2.00 €

Acheter ce numéro

35.00 €

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?