Variations sur le thème du verbe « commander »

SOMMAIRE1 : 1. Le verbe commander dans quelques exemples typiques. — 2. Connotations conceptuelles de « commander»; la subordination envisagée hors de l’ordre juridique. — 3. La subordination générale de iure status (civitatis). Figure juridique du commandement dans cette hypothèse. — 4. Figure juridique liée à la soumisssion dans la même hypothèse. — 5. La subordination, le commandement et la soumission dans des rapports particuliers, différenciés et circonscrits. — 6. Plus spécialement : la subordination dans les rapports à caractère public. — 7. Le commandement et la soumission dans ces rapports. — 8. La subordination, le commandement et la soumission dans des rapports de droit privé. — 9. Figures mixtes ou amphibies. — 10. La loi ne peut commander (au sens propre) par défaut d’extrême subjectif. — 11. Contenu programmatique des propositions législatives mais défaut d’efficacité dans l’injonction. — 12. Les citoyens peuvent être destinataires, mais non directement « commandés ». — 13. Item les organes et offices exécutifs. La « force secrète » qui détermine leur action dans l’architecture de l’État. — 14. Commandements des juges aux citoyens ou aux bureaux. — 15. Les déclarations de fait du juge par sentence. — 16. Les déclarations sur un point de droit. — 17. Clauses de condamnation, décisions constitutives. Décisions d’autres organes et services qui ne sont pas des commandements. — 18. Moralité du discours*. 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?