Qu'est ce qui ?

«I L Y AURA, JE CROIS, UN LÉGER SURPLUS DE DYNAMITE. » L’inscription — lettres noires assez grasses — prend ses aises sur un immeuble de la rue Corneille, à hauteur d’homme, entre deux fenêtres dont l’une — celle de gauche — donne sur un cabinet de dentiste. Il la lit en passant, un matin, et en note l’augure presque joyeux. Le soir, elle y est encore. 
La semaine suivante il fait la connaissance de Juliette. Elle habite, rue Corneille, l’immeuble de l’inscription. Par une suite de coïncidences extrêmement dentelées, il apparaît bientôt que Juliette, éditrice aux Éditions Juridiques Dalloz, cherche une bonne âme pour lui apprendre à jouer du piano. Croyant bien faire, un ami mentionne sa longue pratique de l’instrument. Juliette n’a alors de cesse qu’il accepte de lui donner des leçons. 
L’inscription cependant disparaît. Mais il la retrouve le surlendemain, rue Malebranche, bien calée sur un pan de mur aveugle. Quelques heures plus tard, traversant le jardin du Luxembourg, il croit apercevoir la silhouette d’un moustachu tenant un pot de peinture. 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?