REVUE CONFÉRENCE -

PETITE SUITE ROMAINE

 

En grec et en latin.

Les marbres baroques dans les nefs latines sont des sanguines de l’âme, écarlate empourprée de la fusion divine. Les mosaïques vertes et bleues de Santa Maria in Cosmedin sont des kaléidoscopes du cœur, étoilés de mille éclats de Dieu. Heureuses les villes où Dieu parle grec et latin, heureux ceux-là qui y marchent pieds nus.

Fontana delle tartarughe.

Les tortues les plus lentes sont celles, d’eau douce, de la Piazza Mattei : elles n’ont bougé d’un pouce en trois cent cinquante ans. Elles en sourient sous leur carapace de bronze, comme sourient les éphèbes qui les hissent à bout de bras dans leur vasque de marbre. Ainsi en est-il à Rome, où les eaux de la grâce éclaboussent la carapace des uns, la nudité des autres.


La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?
© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2019