GRAVITÉ DE LA GRAVURE

Sur Pascale Hémery.

 

1.

 

COMMENÇONS PAR REGARDER UNE OEUVRE. « Ezra Pound », une linogravure de 1989 qui répond à une photo du poète américain trouvée dans un livre, surprend par le mouvement incessant de l’image. Le travail de la gouge consiste ici, non pas à produire progressivement une ressemblance, une vraisemblance, mais à animer un échantillon du monde visible que regardent l’artiste en train d’oeuvrer puis l’observateur de l’oeuvre accomplie — à atteindre une vérité du visible que ne discerne pas l’oeil ordinaire. Tout y est fulgurance de blanc sur noir. On peut prendre les éclats de blanc sur la manche gauche et sur le devant du pull-over pour les plis de l’étoffe et le blanc sur le dessus de la jambe pour un reflet de lumière, mais on saisit d’emblée que cette activité du blanc suit aussi ses propres lois, et surtout que le noir et blanc de l’autre bras ne représente un bras que par son contour.

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?