LE DROIT À LA MESURE DE L’HOMME FACE À LA LOI DANS LA DÉMESURE

 

1. Les sens en alerte, attentif à tous les mouvements de l’air et de l’onde, le marin fait appel à son expérience, à ses souvenirs et à ceux de ses pairs, pour tenter humblement de prendre la mesure de la vague ; il sait apprivoiser l’étrave fragile à cette montagne d’eau prête à la submerger, à l’engloutir.

Impériale et impérieuse, la loi prend solennellement des mesures auxquelles tout un chacun doit se tenir pour bien se tenir. Qu’elle prescrive, qu’elle protège, qu’elle réprime ou qu’elle interdise, la loi s’impose parce qu’elle est la loi.

 

2. Le droit est l’une des manifestations de l’humanité. Il l’est parce qu’il suppose des hommes en relation, en accord, en concurrence ou en conflit. Il l’est aussi parce qu’il manifeste une aspiration toujours insatisfaite ; il reconduit en permanence l’homme à sa limite. Le droit se perd chaque fois que l’homme se croit omniscient, infaillible, tout-puissant.



Télécharger l'intégralité de ce texte en pdf