REVUE CONFÉRENCE -

LA VÉRITÉ SANS FIGURE

 

NOUS CÉLÉBRONS EN 2010 UN CENTENAIRE passé presque inaperçu [1] : car il y a cent ans qu’a été peint le premier tableau non-figuratif [2]. Il s’agit d’une aquarelle de Kandinsky, intitulée par le peintre lui-même « aquarelle abstraite », constituée de traits purs, de taches de couleurs flottantes, détachées de la forme de tout objet. Je voudrais m’interroger sur la signification de cet art nouveau, l’art non-figuratif, qui a largement imprimé sa marque au siècle qui vient de s’écouler.

Je souhaite de surcroît considérer l’art visuel, non comme une source de plaisir esthétique, mais en tant qu’il manifeste la vérité. Comme le disait Rodin un an plus tard : « Il n’y a réellement ni beau style, ni beau dessin, ni belle couleur : il n’y a qu’une seule beauté, celle de la vérité qui se révèle » [3]. Il est possible de s’interroger sur la vérité d’une image figurée, en se demandant en quoi elle révèle l’original.

 


[1]Cette communication a été présentée à Port-Royal, à l’occasion d’une exposition d’art intitulée « Vérité des images », le 22 mai 2010, et organisée par la revue Conférence et le Musée des Granges de Port-Royal.

[2]Je n’ignore pas que la datation donnée par Kandinsky lui-même est discutée par les spécialistes, car il y a de bonnes raisons pour penser que l’oeuvre a été antidatée par Kandinsky. Mais qu’importe ? L’idée d’anniversaire est elle-même arbitraire.

[1]Rodin, L’art, Entretiens réunis par Paul Gsell, Paris, Grasset, 1911, p. 124.

© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2019