REVUE CONFÉRENCE -

PETIT ÉLOGE DE LA RÈGLE

 

«AU BOUT DE DIX OU DOUZE JOURS, il me vint à l’esprit que, faute de livres, de plumes et d’encre, j’allais perdre la notion du temps ; […] J’érigeais donc sur le rivage, à l’endroit où j’avais accosté pour la première fois, un gros poteau en forme de croix ; de mon couteau j’y gravai, en lettres capitales, l’inscription : J’ABORDAI ICI LE 30 SEPTEMBRE 1659. Sur les côtés de ce poteau carré, je pratiquais, chaque jour, une entaille ; la septième était deux fois plus longue que les autres ; tous les premiers du mois, je faisais l’entaille plus longue encore. Ce fut le moyen d’entretenir mon calendrier, divisé par semaines, mois et année»

Entre rythme et rigueur, décidée voici la règle. 

Ainsi il y aura des signes, des jalons, des injonctions parfois. De la nécessité ou du simple plaisir — bis repetita placent —, lequel est premier, nous ne le savons, d’ailleurs il ne nous importe, plus d’une fois ils se vivent mêlés, se répondent. Dans un rythme les retours relancent, la règle enchante les jours.

Bien sûr, la seule obéissance considérée, délibérée ne se soumet qu’à son seul engagement, c’est celle qui s’appartient pleinement.

Ne pas se laisser entraîner, fétu en dérive, par le flot de la succession universelle, dans cette continuité indifférenciée, fatale, se prémunir de la confusion, tenir en respect la torpeur des jours aussi bien : c’est, d’abord, avec le temps que la règle a à faire.

La règle permet de recommencer. Elle propose sinon enjoint de reprendre, réitérer, poursuivre.
C’étaient les journées chaudes de l’été, aux champs, à la table chacun avait mené sa tâche, sur les tracteurs, ruisselants ceux qui avaient moissonné étaient rentrés peu avant Vêpres, ils avaient chanté à pleins poumons, un peu faux, harassés. Plus tard les cloches de Complies s’étaient éteintes sur la campagne, dans le déclin de la lumière toute feutrée d’ombre, à ses couleurs déjà, la terrasse laissait venir le paysage des Crete. Certains s’accoudaient à la balustrade, de petits groupes, d’aucuns assis sur l’appui, échangeaient rires et propos, quelque chose délestait l’esprit et le corps avant le grand silence de la nuit pour accompagner le juste repos, installait, vive, subtile, une légèreté : comme était plaisante la ponctuation des heures canoniales, comme elles accordaient le travail au déroulement de la journée, mettaient à l’unisson le lieu, ses collines aux lignes tendues, et les êtres.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?
© Meet Gavern - Free Joomla! 3.0 Template 2018