Le luxe de la peinture

le luxe de la peintureTextes de Olivier Boulnois, Christophe Carraud, Alberto Frigo, Alain Madeleine-Perdrillat, Pierre-Alain Tâche.

30.00 €

OEuvres de Agnès Bracquemond, Martine Clerc, Hélène Crettien, Pierre-Yves Gabioud, Chantal Happe, Pascale Hémery, Alexandre Hollan, Claire Illouz, Hélène Kuhn-Ferruzzi, Patrick le Corf, david Maes, Maurice Maillard, Nicolas Poignon, Anita Porchet, Philippe Ségéral, Pascal Vinardel.

Le luxe de la peinture : ces mots veulent souligner que la société dite d’abondance où nous nous trouvons manque cruellement et paradoxalement d’objets véritables, et que ceux-ci se présentent en conséquence comme le luxe le plus simple qui lui fait défaut : simple parce que patient, artisanal, amoureux, exigeant, vivant et sensé - comme le travail de la peinture, de la gravure, de la sculpture. Peinture, gravure, sculpture ont toujours eu partie liée avec le luxe. non pas d’abord pour des raisons « sociologiques » tenant à l’histoire de la commande, du mécénatou de la protection des arts ; ni, au premier chef, parce que les oeuvres qu’elles constituent sont marquées par la rareté, ou prennent souvent pour thème, dans l’histoire, ce qui porte ce caractère ; mais parce qu’elles sont le luxe même, en ceci qu’elles portent l’expérience du monde à son plus haut degré d’intensité, et qu’elles invitent chaque individu à en enrichir sa propre humanité, à vivre par elles et avec elles. À cet égard, un art « non-industriel », un art qui n’est pas affaire de quantités (de visiteurs,de mentions, d’affaires, de réseaux), permet par sa mesure et sa modestie à la fois d’embellir le décor de la vie et de pénétrer dans la dimension la plus individuelle et la plus personnelle de l’expérience humaine : restaurant ainsi une richesse d’une autrenature — la seule qui vaille.

Voir les informations concernant l'exposition "Le luxe de la peinture" à Pont-l'Evêque du 7 juin au 21 septembre 2014.