ODYSSÉE CAPTIVE

 

Écrit dans les années cinquante, Odyssée captive ­ De ce monde à mon père est un récit autobiographique.

La vie de Marc -André Béra fut profondément marquée par les deux Guerres Mondiales : la première le priva de son père trois mois avant sa naissance, en 1914 ; durant la seconde, il vécut la débâcle et la captivité. D'une guerre à l'autre, c'est l'enfance studieuse et solitaire, la passion pour la littérature et les langues ; il marche sur les traces de son père en entrant à l'École Normale Supérieure, et devient un angliciste chevronné. Son arrivée en khâgne à Paris correspond à l'arrivée au pouvoir en Allemagne de Hitler, et la naissance de sa fille aux accords de Munich.

Durant sa captivité, il se livre à une exploration de sa mémoire, une quête de valeurs, une recherche de vraie vocation. Mis au secret pour avoir refusé de collaborer et transféré au camp de Lübeck pour avoir régulièrement utilisé un poste de radio clandestin, il essaye de combattre la sensation de délaissement en revivant ses souvenirs, et l'oisiveté en se réfugiant dans le travail, entamant une thèse sur le langage. Mais c'est à la Libération, en découvrant l'horreur des camps de Bergen -Belsen et la fin tragique de celui de Neuengamme, qu'il mesure les limites du langage, impuissant à décrire l'indescriptible. Il décide de rester pour aider les rescapés et recueillir leurs témoignages.

Son retour à Paris, à bord d'une voiture volée, le laisse devant un monde, un peuple et une existence en ruines.

La lecture des articles est réservée aux abonnés. Pas encore abonné(e) ?